Remerciements

J'ai choisi pour mes remerciements cette simple fleur qui serait bien anodine sans son histoire. Après un mois de blanc dépourvu de verdure, retrouver la maigre végétation de l'archipel des Wollaston a été un vrai soulagement. J'ai découvert cette fleur, perdue dans la lande à quelques miles du Cap des tempêtes. Je n'en ai point vu d'autres. Elle était seule au monde comme la rose du Petit Prince de Saint-Exupéry. C'était visiblement une pionnière que les caprices du vent ou les oiseaux de passage avaient planté là. Je l'ai regardée avec émotion et admiration, cette première fleur. Grâce à la magie de la photographie, je vous l'offre tout en l'ayant laissée vivre aux vents d'ouest qui soufflent là-bas. Cette technique me permet de témoigner du vivant tout en le laissant vivre.

J'ai en ce moment une pensée pour mes compagnons de route que je remercie pour leur humanité et leur aide dans les moments difficiles. En particulier ceux qui partageaient la cabine avant et qui m'ont supporté pendant un mois.
Une pensée toute particulière et affectueuse pour la famille Doltaine sans qui ce voyage n'aurait pas eu lieu.
Une pensée aussi au gang des trois grands-mères qui, en base arrière, s'est relayé pour permettre à mes fils de continuer une vie normale pendant mon absence.
Je remercie aussi le CNRS pour ses précieuses informations sur les animaux que j'ai pris en photo et que pour certains je ne connaissais pas ou trop peu.
Enfin un grand merci chaleureux et particulier à la gentillesse et au tallent de nos guides, la famille VALHALLA : Bernadette, Patrice et Gaston, sans qui ces images n'auraient pas la même saveur (http://www.croisieres-valhalla.com).

Pour la photographie, j'ai travaillé entièrement en numérique avec du matériel Canon.
Cela avait quelques avantages dont ceux de pouvoir vérifier chaque jour mon travail de photographie sur l'ordinateur du bord ou de ne pas avoir de pellicules à changer dans des conditions difficiles comme en haut des mâts ou sur le pont quand il fait froid au point de geler. J'ai simplement pris de grandes précautions pour protéger l'appareil au moment d'entrer dans le bateau et éviter les condensations. A part cela, il faut simplement prévoir des accus supplémentaires car, au froid, ceux-ci se déchargent beaucoup plus vite.

Yao

Yao

Créatif, designer, artiste... J'ai toujours eu du mal à me laisser ranger dans des boîtes qui vous enferment si vite et qui changent beaucoup selon l'intérêt qu'on leurs porte

+

ga('send', 'pageview');